Hubert de Boisredon a publié “L’Esprit souffle, suis-le. Itinéraire d’un dirigeant engagé », aux éditions MAME, en septembre 2021. Il raconte avec authenticité son chemin de vie, sur les plans personnel et professionnel, inspiré par l’Esprit-Saint. Son témoignage souligne aussi l’importance de son cheminement au sein de Fondacio.

Rencontre

Comment avez-vous rencontré le Christ ? Qu’est-ce que cela a changé dans votre vie ?

HdB – Je me suis efforcé toute ma jeunesse de vouloir être parfait. Je cherchais à être le meilleur pour mériter l’amour de Dieu. Or, à 18 ans, lors d’une retraite à la Roche d’or en 1982, le Père Callerand, qui prêchait, a dit cette parole :

Laissez-vous aimer, laisses-toi aimer par Dieu

Ce fut un retournement. Il a témoigné de la vie de Charles de Foucauld qui a lancé un défi à Dieu en disant : “Mon Dieu si vous existez, manifestez-vous à moi”. J’ai fait mien ce défi. Je suis monté sur la colline de la Roche d’or. Une fois au sommet, complètement seul, j’ai crié : “Mon Dieu, si tu existes, manifestes-toi à moi”.

Alors, j’ai été saisi par une présence qui m’a enveloppé d’un tel amour que je n’avais plus rien à dire. Je n’avais plus rien à porter, si ce n’est rester là et la recevoir. Pendant un long moment, je n’avais aucune envie de bouger, tellement cette présence était douce et forte. Je sentais qu’elle entrait dans tous les pores de ma peau. Elle changeait littéralement ma vie en me faisant réaliser que je n’avais plus besoin d’être parfait pour être aimé. A ce moment-là, je suis devenu libre de faire mes choix.

Dans votre livre, vous racontez comment cette rencontre avec Dieu a marqué un tournant. Et il y a aussi la rencontre avec Fondacio. Quelles sont les réalisations concrètes qui en découlent ?

HdB – J’ai perçu très rapidement une invitation à m’engager en tant que chrétien dans la société. Cela a démarré par la création de Contigo au Chili, sous le statut de fondation. Contigo est une banque de microcrédit. Nous l’avons créée avec Laurent et Marianne, qui est devenue mon épouse.

C’était à cette époque où Fondacio était plus centrée sur le communautaire. Le fondateur de Fondacio et Ignacio Rosselot, alors responsable de Fondacio Chili, nous ont encouragés. Nous souhaitions que la spiritualité de Fondacio soit donnée au monde, qu’elle apporte quelque chose d’utile par un moyen économique. Le but étant que nos contemporains vivent mieux, soient plus heureux et puissent développer leurs talents.

Fondacio est le lieu spirituel qui m’a toujours laissé très libre et m’a encouragé à m’engager dans le monde. C’est une spiritualité qui unit la foi et l’engagement. Elle nous invite à croire que Dieu s’engage avec nous dans nos aventures humaines. Fondacio m’apparaît comme une aide pour voir Dieu en moi-même, dans les autres et pour les autres.

Je suis engagé dans la communauté parce que j’y trouve une force et une nourriture pour mon chemin de vie. J’y trouve aussi une volonté commune de construire un monde plus humain et plus juste.

En tant que dirigeant visionnaire, pensez-vous que le capitalisme intégral puisse être une solution pour l’entreprise de demain ? Si oui, dans quelles conditions ?

HdB – Je pense que le capitalisme doit être intégral, humaniste, et altruiste. Il ne doit pas viser seulement la maximisation du profit. Il doit permettre l’épanouissement de l’homme et la transformation de la société.

Au sein du groupe Armor, nous mettons l’innovation sociétale au cœur de la transformation de l’entreprise. Nous agissons, par l’innovation technologique, au service d’une finalité plus grande :

  • Assurer la sécurité des biens et des personnes
  • Lutter contre le réchauffement climatique
  • Développer l’économie circulaire
  • Créer des emplois localement

L’objectif est de permettre l’épanouissement de l’homme et de bâtir un monde plus écologique et plus humain. C’est du Laudato Si’ dans le monde de l’entreprise, au nom de la parole de Jésus :

Je ne suis pas venu pour juger pour le monde, mais pour l’aimer

Cela m’invite à m’engager dans le monde en me donnant par amour pour lui. C’est toute la spiritualité de Fondacio.

Quels sont les autres lieux où vous vous engagez comme disciple du Christ dans Fondacio ?

HdB – Je fais partie de l’équipe du siège international. Je suis heureux d’être aux côtés de Marianne, en soutien et par la prière, dans sa responsabilité de Fondacio France. Elle l’est aussi pour moi dans mes engagements divers.

D’autre part, Louis Faure et moi avons créé Eotekum, il y a trois ans. Eotekum est un cabinet de conseil en leadership. Il accompagne des dirigeants et acteurs de projets qui veulent transformer le monde, en commençant par leur organisation et eux-mêmes. François Prouteau, président de Fondacio, nous a accompagné et encouragé dans ce projet.

Nous avons tous un grand idéal, mais sommes freinés par nos blocages, peurs, attachements et parfois aussi infidélités. Il est important de travailler sur soi. Non pas pour devenir plus parfaits, mais pour devenir plus conscients de ce que nous pourrions accomplir en nous laissant saisir par l’Esprit. Aussi pour réveiller en nous le courage d’agir. C’est tout le message contenu dans mon livre.

Découvrez le livre de Hubert de Boisredon
L’Esprit souffle, suis-le. Itinéraire d’un dirigeant engagé.

Éditions Mame. 256 pages. 15,90 €.

Retrouvez, ci-dessous, l’interview d’Hubert de Boisredon dans le magazine Panorama (mars 2022) :